Pierre Lesuisse, doctorant en macroéconomie

Publié le 28 avril 2021 Mis à jour le 7 mai 2021
Date(s)

le 28 avril 2021

PHDDOCTALK. Passionné par la question européenne et les pays de l’Est, Pierre étudie l’intégration de ces pays dans l’Union.

Nous donnons la parole à Pierre Lesuisse qui finalise sa thèse et devrait bientôt s’envoler vers de nouveaux horizons. Clermontois d’adoption, il a mené tout son parcours universitaire en économie à l’Université Clermont Auvergne. Après un master à l’École d’économie où il acquiert une connaissance approfondie des questions de développement économique, il décide de poursuivre en thèse pour explorer l’intégration économique des pays de l’Europe centrale et orientale (PECO).



Ma thèse

Mes travaux, dans une approche empirique, viennent éclairer les récentes évolutions de la transition économique dans le contexte des élargissements de l’Union Européenne. Sous la direction d'Ekrame Boubtane et de Jean-Louis Combes, je tente de comprendre les défis économiques sous-jacents à l’intégration inclusive des PECO.

Mon premier chapitre analyse l’impact de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), sur les pays périphériques de la zone euro, c'est-à-dire les pays de l'UE non-membres de la zone euro. Avec deux groupes de pays, selon leur régime de taux de change (fixe ou flexible) et à partir de données monétaires, de prix et de production, je mesure l'impact d'un choc monétaire, par la BCE, sur les PECO, communément appelés « spillovers monétaires internationaux ». Je constate que l'intégration économique induit des effets de débordements, qui influencent les décisions monétaires nationales. Comme attendu, les économies ancrées sont plus fortement affectées par la politique monétaire de la BCE. Cependant, au cours de la dernière décennie, les chocs monétaires provenant de la BCE induisent moins de volatilité dans les variables et ce quel que soit le régime de change adopté. Ceci peut s’expliquer par une crédibilité monétaire et institutionnelle renforcée.

La première phase de la transition des PECO, au cours des années 90, fut marquée par un niveau élevé d'inflation et de chômage. Ces dernières années, l'inflation semble maîtrisée et nous observons un taux de chômage relativement faible. Ces éléments viennent corroborer l’idée de crédibilité monétaire. Cependant, dans le processus d'adhésion à la zone euro, la marge de manœuvre monétaire est de plus en plus restreinte. Au cours du chapitre 2, projet en cours d’écriture avec Jean-Louis Combes, nous utilisons la définition de la courbe de Phillips, pour comprendre la relation entre le taux de chômage et l'évolution des prix, comme indicateur de l'efficacité de la politique monétaire. Nous mesurons l’impact des modifications des régimes de change pour les États baltes, la Slovénie et la Slovaquie lors de leur adhésion à la zone euro. Nous obtenons une courbe de Phillips aplatie après l’adoption de la monnaie unique. Un tel résultat s’explique par le fait que dans une union monétaire, les « petites » économies n'ont pas un pouvoir suffisant pour influencer significativement les décisions de politique monétaire.

Dans le cadre d’une union monétaire, une banque centrale pourra mener une politique efficiente si les différents membres ont des cycles économiques relativement proches et convergents. Grâce aux mécanismes d’ajustements, dans une union optimale, l'impact des chocs asymétriques est lissé. L'un de ces mécanismes concerne le marché du travail, qui nécessite une flexibilité (des salaires) et une mobilité accrue des facteurs. Le chapitre 3 analyse les mécanismes d'ajustement régionaux, après la simulation d’un choc d'emploi exogène. Je constate que le taux de participation au marché du travail est une variable d’ajustement, plus importante, dans les PECO en comparaison avec le reste de l’EU-28 et que les femmes sont d’autant plus en situation de vulnérabilité. Je trouve également que les régions pauvres, au sein de l’UE-28, s’adaptent moins rapidement après un choc, ce qui entraîne la persistance d’effets négatifs, entre autres sur le taux de chômage.

Pour apporter une réponse institutionnelle aux dysfonctionnements du marché du travail, la flexibilité de l'offre de main-d'œuvre doit être appréhendée, comme un mécanisme d'ajustement efficace. Cette flexibilité se définit dans le sens de la mobilité interrégionale mais aussi dans la mobilité intersectorielle. Augmenter la mobilité intersectorielle est possible grâce à la formation, à l'éducation. Dans le cadre de la stratégie UE-2020, l'augmentation du niveau d'éducation de la population est un pilier des politiques européennes, alors que des disparités importantes persistent entre les pays. En utilisant une équation de croissance, le chapitre 4 se concentre sur les dépenses publiques d'éducation, comme indicateur de flux de capital humain. Assujettie à un indice d’efficacité de la dépense à générer le capital humain, je constate que l'impact des dépenses publiques d'éducation, sur la croissance, est significatif dans les pays, dont les dépenses sont relativement efficaces au sens du capital humain. Je montre que l'augmentation de l'effort budgétaire, en soi, n'est pas une réponse adéquate, si elle n’est pas associée à une augmentation conjointe du capital humain.

Une mission à l’OCDE

Pour se familiariser avec le milieu institutionnel, j’ai réalisé un stage de six mois auprès de l’OCDE pour le Département des études pays. J’ai contribué à réaliser une analyse approfondie du marché du travail en Roumanie, ses avancées, ses tensions, ses barrières et ses défis pour les prochaines années. Ce projet s’inclut parfaitement sur mes chapitres de thèse liés au marché du travail et à l’importance de l’éducation.

Et après

Je veux enrichir mon expérience à travers les pays d’Europe dans la recherche, le milieu académique et/ou institutionnel. Que ce soit dans le projet social éducatif, la recherche pure ou le conseil aux décideurs politiques et acteurs privés, l’important est de ne pas perdre de vue que la poursuite après la connaissance n’est vaine que si elle n’est pas partagée.

Mes choix musicaux