Vous êtes ici : AccueilActualités

Sébastien Marchand obtient son habilitation à diriger des recherches

Publié le 25 juillet 2022 Mis à jour le 25 juillet 2022
Date(s)

le 25 juillet 2022

Toute l'équipe du Cerdi félicite chaleureusement Sébastien Marchand pour l'obtention de son habilitation à diriger des recherches (HDR)

Sébastien Marchand a brillamment soutenu son HDR le 11 juillet 2022 devant un jury d'universitaires et de chercheurs : Catherine Araujo Bonjean (CERDI, CNRS), Tanguy Bernard (Université de Bordeaux), Stéphane Blancard (Agrosup Dijon), Raja Chakir (INRAE), Vianney Dequiedt (CERDI, Université Clermont Auvergne). 
 
Economiste, il étudie les enjeux de la durabilité dans les pays en développement à l'ère de l'anthropocène. Ses travaux sont au croisement de l'économie du développement, l'économie agricole et l'économie de l'environnement. Ils s'inscrivent dans une démarche pluridisciplinaire, en effet, Sébastien collabore avec des économistes mais aussi des historiens, des écologues, des anthropologues et des biologistes. Ses terrains de recherche favoris sont l'Asie et l'Amérique latine. 

Son parcours 

Sébastien Marchand a obtenu un master en économie du développement de l'Université Clermont Auvergne (UCA). Après l'obtention de son master, il poursuit son parcours en doctorat au sein du centre de recherche en économie UCA-CNRS, le Cerdi. Dès le doctorat, il s'intéresse aux questions de développement économique et de protection de l'environnement. En effet, il travaille sur la relation entre le cadre institutionnel et la déforestation dans les pays en développement sous la direction de Pascale Combes Motel (LEO UCA) et de Florent Garnier (Université de Toulouse 1). Pendant sa thèse, il occupe en parallèle plusieurs postes d'enseignement à l'Ecole d'Economie, UCA. 
 
Après sa thèse, il poursuit ses travaux sur le terrain au Brésil où il devient chercheur post-doctoral à l'Université Fédérale de Viçosa et à l'Institut de recherche appliquée (IPEA) de Rio de Janeiro. Il revient ensuite à Clermont comme Maître de conférences. Il est actuellement co-responsable du parcours Economie et Transitions Territoriales de l'Ecole d'Economie avec Cécile Batisse. Son brillant parcours est un parfait exemple des carrières d'excellence en France et à l'international des Alumni du Cerdi.

Ses domaines de recherche : la préservation des ressources forestières et agricoles 

En Amérique du Sud, il a travaillé sur l'utilisation des terres au Brésil. Il a analysé le lien entre la productivité agricole et la déforestation dans un article paru dans Ecological Economics. En postdoctorat, il a participé au projet de recherche Rede Amazônia Sustentavel (RAS). L'objectif de cette recherche était de définir un modèle pour comprendre le lien entre les choix de production faits par les petites exploitations agricoles et la déforestation. Il analyse notamment dans cette étude les politiques publiques destinées à améliorer le revenu des ménages ruraux. Dans un autre article, il analyse l'effet des transferts fiscaux écologiques (des paiements pour services environnementaux) sur le développement d'aires protégées pour favoriser la biodiversité dans l'Etat du Paraná. Il continue à s'intéresser à la question de la protection de la forêt, actuellement, il supervise Mouhamed Zerbo (CERDI, UCA) avec Bertrand Laporte (CERDI, UCA) qui prépare une thèse en lien avec la gestion des ressources forestières dans les pays en développement. 
 
Autre terrain privilégié pour ses recherches, l'Asie. Il a conduit plusieurs travaux sur la durabilité des systèmes de production agricole en Chine. Il a dirigé une recherche publiée par la revue China Economics Review sur l'efficience environnementale de l'agriculture conventionnelle et de l'agriculture biologique avec Huanxiu Guo (Nanjing Audit University) dans un village au sud de la Chine nommé Sancha. Il a également exploré comment les interactions sociales et l'intervention des services de l'Etat vont impacter les agriculteurs d'une communauté et les pousser à revoir leur mode de production et à choisir de mener des projets agricoles durables dans un article publié par le Journal of Development Studies. Ces échanges et l'accompagnement par des spécialistes vont permettre à certains de s'ouvrir à d'autres formes de production notamment l'agriculture biologique. Il s'est également intéressé à la question des ressources en eau en analysant l'impact de la production industrielle sur les rendements agricoles en Chine. Le développement de l'industrie a des effets considérables sur l'activité agricole. Avec Maimouna Barro (CERDI, UCA) dont il supervise la thèse avec Martine Audibert (CERID, UCA), et Huanxiu Guo (Nanjing University), il a écrit un article sur l'impact des eaux usées industrielles sur la production agricole. En effet, ce développement industriel rapide comme on l'observe en Chine perturbe la production agricole, et par conséquent le revenu des agriculteurs. Sébastien a par ailleurs encadré la thèse de Yoro Diallo (FMI) en partenariat avec l'Agence française de développement (AFD) dans le cadre du projet GEMMES Vietnam coordonné par Etienne Espagne. Ce travail a pour but d'étudier l'effet des chocs climatiques extrêmes sur la productivité de la riziculture.

De nouveaux projets interdisciplinaires sur le dérèglement climatique et la pollution 

La question de la vulnérabilité est au cœur de ses travaux de recherche menés sur le Vietnam. Après une première étude sur le lien entre climat et productivité agricole au Vietnam, Sébastien Marchand continue à travailler sur ce sujet. Il encadre actuellement le travail de Ha Ngoc Le sur l'adaptation au risque cyclonique avec Michaël Goujon (CERDI, UCA) et Sélim Mankaï (CLERMA, UCA). Il travaille également sur des mesures de la vulnérabilité au risque cyclonique au niveau local avec Michaël Goujon (CERDI, UCA) et Olivier Santoni (CERDI). 
 
Un projet de big data à plusieurs volets est en cours pour analyser le traitement de la pollution atmosphérique par les médias chinois et l'évolution de cette pollution. Depuis les années 2010, une vraie politique de sensibilisation et de réduction de la pollution atmosphérique est mise en œuvre par les autorités centrales. A partir d'un corpus de données du projet GDELT, il a analysé dans un premier article avec Damien Cubizol (CERDI, UCA), Huanxiu Guo (Nanjing Audit University), Elda Nasho Ah-Pine (ESC Clermont-Fd) et Alexis Repon (CERDI, UCA) les contenus des médias notamment la tonalité émotionnelle, et l'impact des actualités sur les comportements à partir de données quotidiennes. Sébastien Marchand continue de travailler sur ces questions avec deux articles en cours sur la pollution des entreprises chinoises cotées en Bourse.

Implication sociale au service du développement local 

Sébastien Marchand s'implique également dans l'économie de son territoire pour le développement de projets de développement durable. Dans le cadre d'un partenariat entre la ville de Riom et l'Ecole d'économie (UCA), il encadre des étudiants qui contribuent au programme "Riom fait sa transition". L'objectif est de mener des études sur la création d'un écoquartier, la piétonisation du centre-ville et la performance énergétique. Ils vont accompagner les élus dans la réalisation de scénarios de transition et la prise de décision publique. C'est un exemple de développement de projets et de recherches appliqués au service des politiques publiques et de la durabilité.  

En savoir plus sur ce projet : Comment des universitaires de Clermont-Ferrand vont-ils aider Riom à faire sa transition écologique ? La Montagne, 6 juin 2021.