Vous êtes ici : AccueilActualités

  • Colloque,

Colloque "50 years of Limits to Growth"

Publié le 23 novembre 2022 Mis à jour le 30 novembre 2022
Date(s)

du 1 décembre 2022 au 2 décembre 2022

Lieu(x)
MSH - 4 rue Ledru à Clermont-Ferrand

Le Centre d'excellence Jean Monnet "ERASME" de l'UCA organise les 1er et 2 décembre 2022 un colloque célébrant les 50 ans de publication de "Limits to Growth" ou Rapport Meadows.

L’année 2022 marque les 50 ans de publication de Limits to Growth, aussi connu sous le nom de Rapport Meadows. Ce rapport commandé par le Club de Rome et publié en 1972 constitue une référence dans les débats portant sur les conséquences écologiques de la croissance économique et démographique. Les réflexions apportées par ce rapport sont notamment à l’origine de l’émergence du concept de développement durable, qui cherche à concilier les aspects économiques, sociaux et environnementaux du développement. Le document a fait l’objet de nombreuses actualisations, de 1992 à 2021, qui appuient toutes le constat suivant : les ressources imbriquées de la Terre ne peuvent probablement pas supporter les taux actuels de croissance économique et démographique au-delà de l'année 2100, si tant est que ce soit le cas, même avec une technologie avancée.

Ce colloque, organisé par deux membres du CERDI, Arnaud Diemer et Cécile Batisse, et aussi par le Centre d'excellence Jean Monnet "ERASME" de l'UCA, entend célébrer cette date anniversaire en offrant l’occasion aux contributeurs de s’attacher à des problématiques allant d’une présentation du contexte social, économique, environnemental et politique durant lequel le rapport a été rédigé, à l’analyse du rapport en lui-même ainsi que ses conséquences et les réactions qu’il suscita lors de sa publication.

Inscription en ligne sur la plateforme : https://limitstogrowth.sciencesconf.org
À consulter pour plus d’informations.

Intervenants :

Jørgen Randers, professeur émérite de stratégie climatique à la BI Norwegian Business School, et praticien dans le domaine des études prospectives. Membre du Club de Rome, il est l’un des co-auteurs du rapport Limits to Growth. Son domaine professionnel englobe les études prospectives basées sur des modèles, l'analyse de scénarios, la dynamique des systèmes, la durabilité, le climat, l'énergie et l'économie écologique. 

David Collste, chercheur au sein du groupe Planetary Boundaries où il étudie les rétroactions entre le développement humain, l'économie et les frontières planétaires. Il travaille au sein du projet Earth4All sur la modélisation mondiale et du projet XPaths sur les voies d'accès aux ODD dans les zones arides.

Robert Costanza, professeur d'économie écologique à l'Institute for Global Prosperity (IGP) de l'University College London (UCL). Ses spécialités comprennent : l'intégration transdisciplinaire, l'écologie des systèmes, l'économie écologique, les services écosystémiques, l'écologie du paysage, la modélisation socio-écologique intégrée, la conception écologique, l'analyse énergétique, la politique environnementale, les pièges sociaux et les dépendances, les structures d'incitation et les institutions.

Timothée Parrique, chercheur à l'école d'économie de l'Université de Lund, en Suède. Il est titulaire d'un doctorat en économie de l'Université Clermont Auvergne et de l'Université de Stockholm. Il est l'auteur principal de Decoupling debunked - Evidence and arguments against green growth (2019), un rapport publié par le Bureau européen de l'environnement (BEE), et l'auteur de Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance (2022).

Joyeeta Gupta, ancienne coprésidente du Global Environment Outlook-6 (2016-2019) du PNUE, publié par Cambridge University Press, qui a été présenté aux gouvernements participant à l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement en 2019 et a remporté le prix PROSE de l'Association of American Publishers pour les sciences de l'environnement.

Steven Stone, membre du PNUE depuis 2010, dans la perspective de la Conférence Rio+20. Dans le cadre du PNUE, il dirigea la branche Économie et commerce, où il a dirigé une équipe chargée d'approfondir la base de connaissances, la sensibilisation et le soutien aux pays sur l'économie de l'environnement et des ressources en tant qu'éléments clés de la politique économique, commerciale et d'investissement.

Peter Victor, auteur de Herman Daly's Economics for a Full World : His Life and Ideas (2021) et Managing without Growth. Slower by Design, not Disaster (2008 et 2019). Il est professeur émérite et chercheur principal à l'Université York, au Canada. Il a travaillé pendant 50 ans au Canada et à l'étranger sur les questions d'économie et d'environnement en tant qu'universitaire, consultant et fonctionnaire.

Sandrine Dixson Declève, actuelle présidente du Club de Rome et leader d'opinion international et européen sur le climat, l'énergie, le développement durable, la finance durable et les systèmes complexes. Dans une récente conférence TED, elle partage ce que nous avons appris au cours des dernières 50 années depuis la publication du rapport Limits to Growth et évoque le lancement de Earth4All : une initiative visant à se concentrer sur cinq domaines clés qui pourraient permettre à l'humanité et à la planète de prospérer.

Birgit Daiber, membre du Parlement européen (MPE), directrice du bureau européen de la Fondation Rosa Luxemburg à Bruxelles, coordinatrice de projets transatlantiques et internationaux et experte en développement social urbain, elle est impliquée depuis plusieurs décennies dans la construction de l'Europe. Elle est l'auteure et l'éditrice d'un certain nombre de livres et d'articles sur des questions européennes et internationales : le bien commun de l'humanité, la prévention civile des conflits axée sur le genre et le dialogue interculturel sont au centre de ses préoccupations actuelles.

Brynhildur Davidsdottir, professeure d'environnement et de ressources naturelles au sein du département d'économie et du département des sciences de l'environnement et de la vie de l'Université d'Islande (UoI). Elle possède une vaste expérience de l'enseignement, de la recherche et du conseil, notamment en ce qui concerne les transitions vers des systèmes énergétiques à faible émission de carbone, les services écosystémiques, la durabilité et la gestion des ressources naturelles.

Elodie Vieille Blanchard, professeure de mathématiques auprès d’adolescents handicapés moteurs, elle est l’auteure d’une thèse d’Histoire des sciences portant sur le débat autour des limites à la croissance (EHESS, 2011). Préoccupée et mobilisée par la perspective d’une crise écologique, elle s’est engagée dans un parti politique, Les Alternatifs.

Nathalie Spittler, associée de recherche au Center for Global Change and Sustainability (gWN) de l'université des ressources naturelles et des sciences de la vie, où elle a également obtenu une licence en gestion de l'environnement et des ressources naturelles avant d'étudier un master en économie et politique socio-écologiques à l'université d'économie et de commerce de Vienne. Ses domaines d’intérêt regroupent les systèmes énergétiques, le changement climatique, les évaluations intégrées de la durabilité, l’économie alternative et la modélisation de la dynamique des systèmes.

Vala Ragnarsdottir, professeure de science de la durabilité à l'université d'Islande. L'engagement de Vala dans la recherche, ses publications et son enseignement sont axés sur l'évaluation des ressources naturelles et leur lien avec l'économie, le développement d'une structure et d'indicateurs pour l'économie du bien-être, la détermination d'indicateurs de durabilité des sols, la recherche d'un tissu de communautés durables en mettant l'accent sur la sécurité alimentaire, et l'imagination d'un avenir durable avec des étapes vers celui-ci par le biais de la rétropolation.