Vous êtes ici : AccueilActualités

Soutenance de Pegdéwendé Nestor Sawadogo

Publié le 27 juillet 2020 Mis à jour le 27 juillet 2020
Date
Le 04 septembre 2020 De 14:00 à 16:30
Lieu(x)
Pôle Tertiaire - Site La Rotonde - 26 avenue Léon Blum - 63000 Clermont-Ferrand
Salle 313 - Pascal

Fiscal policy and financing for development in developing countries

Jury

Directeurs de thèse
Jean-Louis Combes, Professeur, Université Clermont Auvergne
Alexandru Minea, Professeur, Université Clermont Auvergne

Rapporteurs
Gilles Dufrenot, Professeur, Université d’Aix-Marseille
Grégory Levieuge, Professeur, Université d’Orléans, Économiste-Chercheur Senior à La Banque de France

Suffragants
Sophie Brana, Professeur, Université de Bordeaux
Xavier Debrun, Conseiller à La Banque Nationale de Belgique, Professeur Associé, Graduate Institute de Genève
Tidiane Kinda, Economiste Senior, Fonds Monétaire International
Sonia Schwartz, Professeur, Université Clermont Auvergne

Résumé

Cette thèse se pose la question de savoir comment la politique budgétaire pourrait être utilisée à des fins de financement du développement. Elle identifie et explore les canaux par lesquels les pays en développement peuvent efficacement mobiliser les ressources (internes et externes) pour le financement du développement. Pour cela, nous conduisons des recherches axées sur les politiques économiques (en utilisant des outils statistiques et économétriques appropriés) et nous formulons des recommandations de politiques économiques aux pays en développement. La première partie de cette thèse s’intéresse à la question de la mobilisation des ressources externes dans les pays en développement (Chapitre 1 et Chapitre 2). Dans le Chapitre 1, nous analysons les effets des dépenses publiques sur les spreads de taux dans les pays émergents. Nous montrons que les pays en développement pourraient avoir un meilleur accès aux marchés financiers internationaux en augmentant leurs investissements publics et en réduisant leurs dépenses courantes. Plus précisément, les dépenses en capital humain (éducation et santé) et autres infrastructures publiques réduisent considérablement les spreads de taux. Ils devraient également améliorer la qualité de la gouvernance puisque les marchés financiers récompensent les pays bien gouvernés à travers de meilleures conditions d'emprunt. Nous examinons, dans le Chapitre 2, la force des règles de politiques budgétaires en termes d’amélioration de l’accès des marchés financiers internationaux par les pays en développement. Nous trouvons que l’adoption de règles budgétaires réduit les taux d’intérêts sur la détention des obligations d’Etat souverains et par conséquent améliore l’accès aux marchés financiers. Nous expliquons ce résultat par le canal de la crédibilité de la politique budgétaire : les gouvernements crédibles sont récompensés sur les marchés financiers internationaux par de faibles taux d’intérêt et des notations élevées des dettes souveraines. Nos résultats prouvent que l’adoption et la bonne mise en œuvre des règles de politiques budgétaires constitue un moyen substantiel pour les décideurs publics d’améliorer l’accès des pays en développement aux marchés financiers internationaux. La deuxième partie de cette thèse se focalise sur ce que les pays en développement pourraient faire pour améliorer la mobilisation des ressources internes (Chapitre 3 et Chapitre 4). En effet, nous explorons la relation entre l’adoption des règles budgétaires et la réduction des inégalités de revenus (Chapitre 3) et nous trouvons que l’adoption des règles budgétaires réduit les inégalités de revenus. Ces pays pourront financer leur développement de façon soutenable (à travers la réduction des inégalités) en adoptant des règles budgétaires. En outre, nous évaluons les effets de la lutte contre les flux financiers illicites sur la mobilisation de recettes fiscales (Chapitre 4). Nous révélons que les pays qui respectent les Recommandations du Groupe d’Action Financière (GAFI) en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (pays coopératifs) enregistrent des montants de recettes fiscales plus élevés comparativement aux pays qui ne respectent pas ces Recommandations (pays non coopératifs). Par conséquent, les pays en développement pourront mobiliser plus de recettes fiscales en mettant en œuvre des politiques visant à empêcher les flux financiers illicites. Par ailleurs, ils doivent mettre en place de bonnes institutions.

Mots-clés

Politique budgétaire, mobilisation des ressources, financement du développement, spread de taux souverains, dépenses publiques, dépenses courantes, investissements publics, qualité des institutions, régression panel à transition lisse, règles budgétaires, notations de dette souveraine, entropy balancing, Groupe d’action financière, flux financiers illicites, recettes fiscales, institutions, appariement par le score de propension, inégalité de revenus, marchés émergents, pays en développement, analyse d’impact.

theses.fr/s181615